La Femme et la Musique

La musique populaire et les musiques actuelles sont souvent porteuses de messages émancipateurs, revendicateurs, parfois subversifs. Mais le combat féministe reste bien souvent de côté.

Né pendant l’esclavage, le blues a été un moyen d’expression et de libération des noirs (es) américain (es). Le rythm n’blues et le rock, un mouvement d’émancipation d’une jeunesse souhaitant rompre avec l’ordre établi. La soul music a largement accompagné les mouvements pour les droits civiques et pour l’égalité raciale aux USA et ses rejetons (funk, hip hop etc ) ont souvent continué à porter le même message. Le rock psyché et les protests singers de la folk ont clamé haut et fort leur antimilitarisme et leur anticapitalisme, avant de se perdre dans les vapeurs de la drogue. Le punk rock a porté, parfois maladroitement, ses idéaux libertaires ou anarchistes.

Cependant, derrière ces aspects progressistes, la place de la femme est toujours au centre des débats.

Les chanteuses pop sont souvent attaquées pour leur utilisation des codes pornographiques dans leur clips, concerts etc.. Mais a-t-on déjà entendu ce genre de débat concernant les hommes. Quand Jim Morrison sort son sexe sur scène, cela est vu comme une rébellion contre la société puritaine et les tabous alors que quand Janet Jackson montre son sein elle se fait traiter de salope et choque l’Amérique entière. A-t-on déjà été pris de haut Iggy Pop pour son attitude sexuelle sur scène et sur le fait qu’il soit quasiment toujours presque nu ? NON !

Aujourd’hui le constat a peu changé. Le rock, le hip- hop, la dance entre autres continue d’utiliser une imagerie prônant les valeurs viriles, et les musiques actuelles (electro, funk, reggae,pop) ne sont pas en reste.

Personne ne s’émeut de voir qu’une poignée d’artistes féminines dans les grands festivals de musiques actuelle comme Coachella, Les Nuits Sonores, Weather festival pour ne citer qu’eux. Mais au final c’est assez révélateur de ce que l’on observe dans ce milieu. Les postes de producteurs sont en grande partie monopolisés par la gente masculine, bien souvent les femmes ont des postes liés à la communication ou aux relations publiques.
Les directions des majors sont très largement masculines, et les métiers techniques (ingénieur du son, réalisateurs artistiques) sont là aussi, chasse gardée des hommes.

Dans le domaine de la musique électronique, les femmes ne laissent pas aux hommes le monopole des platines. Programmatrices, techniciennes du spectacle, artistes ou productrices elles sont nombreuses à se battre pour être actrices du changement, pour davantage de parité et de diversité dans un milieu très masculin…

 

 

Voilà à quoi ressemble l’affiche de 3 grands festivals si il y avaient juste les artistes féminins…

 

 

 

Sources : huffingpost.fr / dontbelivethehype.fr / 99scenes.com