Cartes de crédit professionnelles : tout ce qu’il faut savoir

Les cartes de crédit commerciales sont devenues populaires en tant que source de financement pour les petites entreprises. Les banques qui émettent des cartes de crédit commerciales et de nombreux observateurs du secteur ont identifié les cartes de crédit pour petites entreprises comme un domaine potentiel de croissance importante. Le marché des cartes de crédit personnelles est saturé, et le marché des cartes de crédit commerciales est relativement petit.

Une consommation élevée chez les petites entreprises

Consommation d'une carte de crédit
Les entreprises préfèrent consommer en lot sur leurs carte de crédit professionnelle

Le marché des cartes de crédit pour petites entreprises offre aux institutions financières une très bonne opportunité commerciale. Les banques qui proposent des cartes de crédit pour petites entreprises ont remarqué que les propriétaires d’entreprises dépensent de plus en plus chaque mois et qu’ils ont des soldes annuels plus élevés que le titulaire moyen d’une carte de crédit personnelle. Cela laisse présager des frais et des revenus d’intérêts plus élevés.

Une limite plus élevée pour la carte de crédit professionnelle

Avoir une carte de crédit en main
Les limites sont élevées mais les précautions sont à prendre

En général, la carte de crédit professionnelle est assortie de limites de crédit deux fois plus élevées que la carte de crédit personnelle moyenne. Mais alors que la carte de crédit personnelle est presque poussée au maximum de sa limite de crédit, le solde impayé de la carte de crédit professionnelle ne représente normalement que 75 % environ de la limite de crédit. Malgré cela, les risques encourus par les petites entreprises restent élevés. C’est la raison pour laquelle la plupart des émetteurs de cartes de crédit professionnelles sont très prudents lorsqu’ils traitent et approuvent les demandes de cartes de crédit professionnelles des jeunes entreprises.

Le danger encouru par la banque quand elle procure une carte de crédit professionnelle

Dans une banque qui émet des cartes de crédit professionnelles, environ quatre cinquièmes des titulaires de cartes de crédit professionnelles sont en activité depuis au moins trois ans. Bien que cette banque mette l’accent sur le développement de sa clientèle de petites entreprises, elle s’est rendu compte que l’octroi de crédits aux petites entreprises comporte des risques plus élevés. Si l’on y réfléchit, lorsqu’on est dans une situation difficile, il est tout à fait naturel de faire défaut sur les paiements de sa carte de crédit professionnelle avant de faire défaut sur sa carte de crédit personnelle. Personne ne souhaite affecter sa cote de crédit personnelle, mais il est possible qu’il soit prêt à subir quelques points négatifs sur sa cote de crédit professionnelle.

Comment pallier les risques ?

La plupart des émetteurs de cartes de crédit professionnelles exigent que l’entreprise et le propriétaire de l’entreprise acceptent la responsabilité conjointe du remboursement des dettes sur les cartes de crédit professionnelles. Bien que la responsabilité personnelle puisse susciter quelques récriminations au départ, la plupart des propriétaires d’entreprise finissent par accepter cette condition, car l’accès à des liquidités qui en résulte et la possibilité de séparer les finances personnelles et professionnelles sont d’une grande valeur pour eux.

Un avantage au niveau du taux d’intérêt

A un certain temps, les taux d’intérêt des cartes de crédit pour petites entreprises étaient beaucoup plus élevés que ceux des cartes personnelles, car les banques s’appuyaient sur les méthodes traditionnelles de calcul du risque et sur l’absence de pression concurrentielle. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les cartes de crédit professionnelles offrant des taux d’intérêt de zéro pour cent et des incitations riches en récompenses font l’objet d’une large publicité. 

Selon les émetteurs, le taux d’acceptation est élevé. Après tout, les chefs d’entreprise font attention à leurs coûts, et les taux d’intérêt bas et les frais abordables seront toujours des arguments de vente clés.

Rastart

Rastart, votre magazine généraliste en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *