Fétichisme Sexuel

Un fétichisme sexuel est une excitation sexuelle causée par un contact visuel et/ou physique d’un objet, d’une partie du corps spécifique ou d’une situation. Ce type de fétiche peut inclure le partialisme (toucher ou visualisation des parties du corps, entre autres seins, fesses, jambes, nombril, mains, nez, joues, narine ou plus communément pieds), un ou plusieurs objets (gants, collants, bottes et chaussures), ou une matière (cuir, vêtement moulant).

La toute première utilisation du mot fétichisme concerne l’adoration par des peuples non occidentaux d’idoles ou d’objets fétiches censés être dotés d’un pouvoir. Au tournant des xixe et xxe siècles, le terme subit une extension du champ sémantique vers le domaine sexuel. Un fétichiste devient essentiellement l’adepte d’une activité sexuelle plus ou moins tolérée suivant les différentes cultures.

Le fétichisme sexuel est un terme utilisé pour la première fois par Alfred Binet dans les années 1880. Il vient mettre l’individu dans une position d’excitation sexuelle à la simple vue ou bien au contact physique d’un objet ou d’une situation spécifique. Il existe une multitude de facettes au fétichisme sexuel, tant il existe d’objets et de préférences, mais certaines sont plus répandues que d’autres. Alors, sommes-nous tous un peu fétichistes lorsque nous avons un objet qui nous excite ? Non. On emploie ce terme lorsque la personne fantasme sur un fétiche de façon particulière et inhabituelle jusqu’à ce que cela vienne perturber sa vie sociale.

Fétichisme : quels sont les plus courants ?

Le number one tout pays confondu ? Le fétichisme des pieds. Et si vous pensez que cette pratique sexuelle originale est récente : détrompez-vous. Elle était déjà évoquée 1000 AV-JC. Un sacré bout de temps quoi.

A l’époque, il s’agissait d’interdire aux prostituées de porter des chaussures, pour faire monter le désir et l’excitation chez leurs partenaires potentiels…

En seconde position, on retrouve le fétichisme des fluides corporels (sécrétions vaginales, salive, sang, larmes…) puis celui de l’anatomie (petite, ronde, âgée, grande…), et enfin le fétichisme du latex et du cuir… Des fétichismes qu’on retrouve d’ailleurs abondamment dans la pop culture. Cela ne vous dit rien ? Repensez-y un instant.

Rihanna dans son clip franchement explicite « SM » ou encore Britney Spears en combi latex rouge carmen… ça y est ? Vous y êtes ?

Quant aux autres fétichismes sexuels, la liste serait trop longue pour les évoquer dans cet article… Mais si vous tapez « fétichiste » dans Google, croyez-nous, vous risquez de découvrir de sacrées histoires.

Où s’arrête le fétichisme, où commence la sexualité dysfonctionnelle ?

Le fétichisme doit être vu comme une fantaisie érotique, une manière de pimenter sa vie sexuelle, de faire monter l’excitation et atteindre l’orgasme. Il doit naître de la complicité entre les partenaires et l’envie commune d’explorer une nouvelle forme de sexualité.

Lorsqu’une personne n’arrive pas à ressentir de plaisir en dehors du fétichisme et que cela l’isole : on parle alors de sexualité dysfonctionnelle. Le but du fétichisme étant de créer un lien érotique entre les partenaires et non une solitude affective causée par l’incompréhension.

Et si nous étions toutes un peu fétichistes ?

Vous êtes fanatique des chaussures à talons ? Vous regardez systématiquement les fesses rebondies des garçons/filles ? Et si vous étiez, vous aussi, fétichiste… ? #AMéditer

 

 

 

 

Source: Cosmopolitain.fr / Wikipedia.com / Journalesfemmes.com.